Les processus cognitifs de la lecture

Vous êtes certainement un lecteur expert et dévorez ces mots sans effort. C’est même tellement automatique que si vous voyez un mot écrit, il vous est impossible de ne pas le lire. 
Ces compétences, acquises souvent de haute lutte, sont heureusement transférables pour un texte écrit en langue étrangère, sans que vous ayez à réapprendre intégralement le processus de lecture.
La compréhension de certains processus cognitifs à l’oeuvre pendant la lecture vont nous permettent de comprendre sa place dans l’ANL (approche neurolinguistique), et pourquoi elle n’est jamais abordée avant l’oral (du moins pour des niveaux débutants).

Le recyclage neuronal

Tout d’abord, il est important de considérer l’apparition de la lecture dans notre histoire. Le langage écrit étant apparu ultérieurement, aucune aire cérébrale n’était initialement spécialisée dans le traitement du langage écrit. Il se serait donc ensuivit un recyclage neuronal au niveau d’une aire visuelle, à la jonction entre les lobes occipital et temporal, dans le cortex visuel (voir notamment Dehaene, 2007 ; Szwed et al., 2012). 

Cette aire, responsable à la base de la reconnaissance des visages ou des formes géométriques, se recyclerait lors de l’apprentissage de la lecture dans la reconnaissance visuelle des mots écrits.
Cependant, ce recyclage pourrait conduire à des erreurs de lecture: Si grâce à certaines fonctions des aires visuelles vous êtes capable de reconnaître qu’une tasse est une tasse, quelque soit le côté de sa anse, pour la lecture certaines lettres vont vous poser des problèmes.
Par exemple, les lettres miroirs, comme /p/ et /q/ ou /b/ et /d/, dont les “anses” sont tributaires de leur discrimination.

La double voie d’accès

Cette évolution de l’espèce (phylogénétique) trouve son parallèle dans le développement de l’individu (ontogénétique) puisque le développement du langage oral(production et compréhension) se produit AVANT celui du langage écrit. Ainsi toute représentation orthographique créée par la lecture entrainerait une médiation par la phonologie (voie indirecte), via la subvocalisation (c’est la voix qui parle dans notre tête).
Voir études de Corcoran (1967) sur les“e muets”, la lecture de mots isolés de Van Orden (1987), et les jugements de phrase (Coltheart, Avons 1991)

Cependant, les bons lecteurs quant à eux, n’auraient besoin que de la représentation orthographique (la voie directe) pour accéder au sens des mots. Ne serait-ce pas là le principe des techniques de Speed-reading qui demandent justement de couper la subvocalisation afin de lire plus vite? Cela supposerait un accès direct au sens des mots, sans détour depuis leur représentation orthographique.

D’après ce modèle, les voies sont qualifiées d’indépendantes, car elles ne coopèrent pas. Il existerait même une compétition entre elles : L’entrée visuelle est traitée par les deux voies en même temps, la première qui permet la représentation lexicale (l’accès au sens) l’emporte.

  • Le cycle de la littératie de l’anl:

Attention:Les considérations plus haut concernent la lecture en langue maternelle, contrairement aux processus dont nous allons parler qui concernent l’apprentissage d’une langue étrangère.
Le développement de la littératie est l’un des 5 piliers de l’ANL.La littératie englobe les processus d’apprentissage de la lecture et de l’écriture (comme nous l’avons vu, pas biologiquement prévus).

Dans le “cycle de littératie”, l’ordre de présentation est ainsi: oral PUIS lecture.
En exposant d’abord les apprenants à l’oral, puis en attendant d’eux une maîtrise quasi parfaite des formes lors de leurs production sans qu’ils aient eu la possibilité de voir les formes écrites, on procède comme dans l’apprentissage de la langue maternelle: on construit des représentations phonologiques avant les représentations orthographiques.

Certaines études affirmant que même dans sa propre langue maternelle, la voie phonologique serait plus sollicitée en cas de lecture de mots rares ou jamais rencontrés, il semble alors évident qu’un apprenant de langue étrangère l’utilisera pour avoir accès au sens.

Voila pourquoi il est impératif qu’il soit d’abord capable de produire à l’oral des phrases complètes et justes, maîtrisant les liens, phonologiques, syntaxiques et sémantiques entre les mots.Ainsi quand il lira, “la voix qu’il entendra dans sa tête” correspondra à des mots et des phrases qu’il aura prononcés à l’oral, et dont il aura compris le sens. Encore faut-il que les structures lues soient proches de celles utilisées à l’oral, et c’est là aussi un point d’attention toute particulière des professeurs  praticiens de l’ANL, mais c’est un autre sujet.

D’autre part, cette maitrise phonologique lui permettra de mieux aborder un des problèmes caractéristiques du français lors de la lecture: la transparence graphophonologique. 
On dit que le français (comme l’anglais, et à la différence de l’italien par exemple), n’est pas une langue transparente: il y a une différence entre ce qu’on entend a l’oral et ce que l’on lit.
Par exemple, quand on lit le mot doigt, on ne prononce pas le /g/ et le /t/ qui pourtant sont écrits.
Au niveau de la phrase, les phénomènes de liaison, enchainements et liens euphoniques (lettres ajoutées pour une plus grande fluidité) du français le rendent très opaque.
C’est pour cette raison qu’avoir été exposé d’abord aux formes orales inhibera la prononciation de lettres muettes qui ne se prononcent pas.

Ouverture de perspectives

D’un autre côté, si comme certains chercheurs l’affirment, la transparence orthographique d’une langue joue un rôle direct sur le choix de la voie d’accès utilisée, on pourrait se demander à quel moment un étudiant de langue étrangère n’aura plus recours à la voie phonologique pour lire dans la langue étrangère (pour peu que cela se produise).

Une petite vidéo pour ceux qui veulent aller plus loin.
Габриэль
Les derniers articles par Габриэль (tout voir)

Publié par

Габриэль

Преподаватель Французского квартала

Оставить комментарий

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.